Medelina & ses enfants

Les bords de Seine, un mercredi après-midi. L’Appart City d’Alfortville est situé le long d’une voie à double sens, à 15 minutes en bus de la station de RER. Le hall d’entrée est désert aujourd’hui. A l’étage, les couloirs aussi. Seuls des cris d’enfants s’échappent des chambres fermées.

Derrière l’une des portes, Medelina vit depuis deux ans avec son compagnon et leurs cinq enfants. Aujourd’hui, la plus grande est allée à la bibliothèque pendant que ses frères et sœurs restent dans la chambre. « On n’a pas le droit de sortir jouer. Ni dans le hall d’entrée, ni sur le parking, ni devant l’hôtel », explique Helena, 11 ans. Les enfants se donnent donc rendez-vous dans les chambres pour passer leur temps libre ensemble.

 

Rêves d’avenir

Dans une chambre du rez-de-chaussée, même son de cloche. « Ici, on n’a le droit de rien ». Raoul-Florin est né en France il y a 14 ans. Il vit à l’hôtel depuis toujours avec son père, maçon, sa mère, femme de ménage et ses deux petites sœurs. « Comme on s’ennuie dans les chambres, c’est compliqué. Il y a une connexion internet mais elle est payante, et elle marche très mal ».

Quelques numéros plus loin, Malik assure : « L’école ? Ça se passe bien ». « Mais tu fais jamais tes devoirs !, lui rétorque Yasmina, sa petite sœur. Il aimerait être gamer. Il passe tout son temps à jouer sur son téléphone ou aux jeux vidéo. Moi, je veux être docteur », confie-t-elle.

 

Une chambre à soi

Fatima aussi voudrait devenir médecin, « parce que j’aime aider les gens », précise-t-elle. Originaire du Daghestan, la jeune fille partage son lit avec l’un de ses frères. Elle ne part pas pendant les vacances. « En général, je fais du ménage avec ma mère le matin ; le midi, je fais mes devoirs, et l’après-midi je joue au foot avec mon frère et ma mère au parc, ou je regarde la télé, les émissions de voyages surtout. J’aimerais voyager partout ».

Arrivée ici depuis un an, Ludivine n’a pas changé de collège depuis son déménagement. « Je vais à Marx Dormoy, ce n’est pas loin, relativise-t-elle. Je prends le bus pour aller jusqu’à la gare, puis le RER jusqu’à Gare du Nord, et il me reste trois stations de bus. Pour être à l’école à 8h30, je pars à 7h10 ».

Ludivine conclut : « Ce qui me manque le plus ? Avoir un salon, et une chambre à moi ».